Comment financer ses travaux de rénovation énergétique ?

Actuellement, l’exploitation humaine irraisonnée diminue les énergies non-renouvelables et le changement climatique emmène des dérèglements dans l’autonomie de celle renouvelable. Il est alors important d’étudier la consommation de l’énergie sur la planète. De ce fait, les bâtiments et les habitations sont obligés d’optimiser leur exploit énergétique, qui les conduit à des travaux de rénovation. Seulement, la plupart des ménages ne disposent pas des ressources suffisantes pour s’investir dans ces opérations. Comment financer ses travaux de rénovation énergétique ?

L’aide des banques

Pour permettre aux propriétaires bailleurs, aux locataires et aux propriétaires de réaliser des travaux de rénovation et financer ses travaux économie d’énergie, de nombreuses banques proposent le PEE ou Prêt Économie d’Énergie. Cependant, il faut que le logement concerné constitue une résidence principale. Bien que le taux d’intérêt sera plus ou moins élevé, selon la durée de remboursement et le montant que vous allez demander, il restera plus bas que celui d’un prêt classique. Votre projet sera étudié par un banquier afin de définir votre emprunt en tant que crédit à la consommation ou un prêt immobilier. Pour être éligible à ce prêt, les travaux que vous allez entreprendre doivent concorder à la liste officielle des travaux éligibles, qui est identique à celle des aides gouvernementales dites travaux éligibles au CITE. Il est aussi indispensable que les travaux soient effectués par un professionnel certifié et reconnu garant de l’environnement.

Les aides de l’Etat

Pour les ménages souhaitant rendre leur habitation plus performante en matière d’énergie, le gouvernement offre des aides financières et des avantages fiscaux. On parle alors de Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique ou CITE. Il s’agit d’une réduction d’impôt sur les revenus relatif aux dépenses orientés dans les travaux de réhabilitation pour augmenter la performance énergétique. Pour bénéficier du CITE, les travaux sont tenus de correspondre à la liste des travaux éligibles à voir sur le site de l’ADEME. Par ailleurs, le taux de réduction est fixé selon le type de travaux effectués. Il y a également une réduction de TVA sur les équipements et travaux de rénovation énergétique. En revanche, il y a le dispositif Denormandie qui consiste à réduire l’impôt sur l’acquisition d’un logement ancien affecté à la location. Pour en bénéficier, il faudra que les travaux permettent une amélioration de 30 % au moins sur la performance énergétique de l’habitation et que les dépenses engagent au moins 25 % du prix d’achat total. Enfin, le gouvernement propose également l’Éco Prêt à Taux Zéro qui est réservé aux propriétaires bailleurs, propriétaires, et copropriétaires. Pour en profiter, il faut déposer une demande auprès d’un organisme prêteur sous convention avec l’Etat. Il faut noter que ce type d’aide est cumulable avec les aides de l’Anah et le CITE.

Les aides des fournisseurs d’énergie et de l’Anah

Pour financer les travaux de rénovation énergétique, des acteurs comme l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) et des fournisseurs d’énergie, proposent des aides financières complémentaires. L’Anah est une organisation publique soumis au Ministère de la Cohésion des Territoires. Cette agence s’adresse particulièrement aux foyers à revenu modeste, grâce à son menu « Habiter mieux ». À cet égard, il y a 2 types d’aides. Il s’agit du programme « Habiter mieux Sérénité » et « Habiter mieux Agilité ». Pour pouvoir profiter du premier, il faut penser à augmenter d’au moins 25 %, la performance énergétique de la maison. Cette aide permet l’obtention d’une prime et la prise en charge d’une partie du montant hors taxe des travaux. Le second type permet en revanche, de prendre en charge un type de travaux que le propriétaire d’une maison individuelle a choisi. Il s’agit notamment, du changement de l’intégralité du mode de chauffage ou uniquement la chaudière, de l’isolation des murs extérieurs et/ou intérieurs et de l’isolation des combles. A côté de cela, les gérants copropriétaires ainsi que les propriétaires occupants peuvent aussi profiter des aides de l’Anah à condition que l’amélioration sur la performance énergétique augmente d’au moins 35 %. En outre, dans le cas de la rénovation de l’isolation et du système de chauffage, les fournisseurs d’énergie donne accès à un dispositif des Certificats d’Economie d’Energie CEE. Il s’agit d’une aide financière sur les travaux d’innovation notamment sur le chauffage et l’isolation. Pour en bénéficier, il faut déposer une demande auprès d’un fournisseur d’énergie.

Les aides locales

Pour financer des travaux d’économies d’énergie afin de réduire les factures de gaz et d’électricité, des organismes fournis des aides financières. Il s’agit notamment de la caisse de retraite. Il est aussi possible, dans certaines communes, de bénéficier de l’exonération de taxe foncière. Cette dernière peut être partielle ou totale. Pour être éligible, votre logement doit avoir été terminé avant janvier 1989. Ensuite, vous devez être un propriétaire bailleur ou propriétaire occupant qui souhaite effectuer des travaux pour accroître la performance énergétique de votre bâtiment.

Lutter contre la peinture qui cloque au plafond
Pourquoi choisir le PVC pour la menuiserie de votre habitat ?